A la base, le verbe militer possède deux sens, mais un seul nous intéresse içi, à savoir celui d’agir, lutter sans violence pour ou contre une cause. La racine est la même que pour le mot « militaire », qui lui est relatif à la force armée et à la notion d’ordre strict. Mais le parallèle entre les deux termes s’arrête là, comme quoi il faut toujours être prudent avec les mots, et aller au-delà des paradoxes apparents.

A partir de là, les choses deviennent plus claires, le mot « militer » a une dimension politique, au sens premier du terme. A savoir celui d’être relatif à la société organisée. Il s’agit donc d’agir pour ou contre une cause liée à la société et son organisation, comme par exemple l’avenir de ses enfants. Etre parents, c’est déjà militer. L’éducation est avant tout le domaine des parents, celui de l’école c’est la pédagogie. Et l’école, c’est un des piliers de l’organisation de la société. L’avenir du contexte dans lequel nous évoluons passe de manière incontournable par l’école. Elle constitue le reflet d’un projet de société.

Il en résulte que militer, n’est pas un terme qui serait réservé aux organisations politiques et syndicales. La première conclusion qui s’impose, est que militer est l’affaire de tous et de chacun, et qu’en conséquence, militer ne doit pas faire peur. Il en résulte également, que d’agir, de s’investir pour l’école, c’est le faire pour l’avenir de nos enfants. Ce qui est plus que fortement lié au statut de parent. Il est de notre rôle, au même titre que l’école, de contribuer à donner du sens au contexte dans lequel nous vivons pour nos enfants. Et ce, pour qu’ils soient en mesure par la suite de s’y adapter, de le comprendre et de l’améliorer.

Une fois que la cause pour laquelle on milite est bien identifiée, chacun agit en fonction de ses convictions, de ses compétences et de ses disponibilités. L’établissement d’une échelle d’intensité dans le militantisme me parait dangereuse, dans le sens où cela amène de manière inévitable des comparaisons qui ne peuvent aller qu’à l’encontre de l’objectif de base, qui est commun, en créant des scissions. Et à partir de ce moment-là, on ne milite plus, on divise.

C’est pourquoi l’association de parents d’élèves de l’école Marcel Canonnet est ouverte à tous les parents soucieux de l’avenir de leurs enfants. Nous agissons pour une cause qui nous semble fondamentale pour l’avenir de notre société, à savoir la défense et le développement de l’école de la république. Non, militer ne doit pas faire peur, au contraire, militer devrait susciter l’espoir… à suivre dans l'école et sur nos forums